Les conseils d'Émilie Ondet, naturopathe.

L’approche naturopathique en 3 étapes pour enrayer un rhume chez l’enfant

Stopper un rhume chez l'enfant naturellement

Je suis Emilie, rédactrice web spécialisée en santé. Création de contenus – vulgarisation scientifique – optimisation SEO

« Guérir parfois, soulager souvent, écouter toujours. »

Louis Pasteur

Comment stopper le rhume de votre enfant naturellement ? Qu’il s’agisse de l’arsenal thérapeutique du médecin allopathe ou de celui du naturopathe, quand il s’agit de soulager les symptômes et stopper l’infection, l’approche est inévitablement symptomatique. Alors que l’allopathie (médecine conventionnelle) fait appel à la chimie d’une efficacité généralement redoutable, la naturopathie fait appel à la nature, plus douce et parfois moins efficace il faut l’admettre. C’est pourquoi “mieux vaut prévenir que guérir” (et je vous invite à relire les article 1, article 2 et article 3 précédents) … mais si l’infection est là, cet article est pour vous!

1. Agir vite !

La fièvre chez l’enfant est impressionnante

Les enfants construisent leur immunité, ce qui passe parfois par des pics de fièvre, des rhinopharyngites à répétition, le nez qui coule …  leur corps réagit parfois excessivement et cela peut être très impressionnant pour les parents ! 

Pour autant, il n’est pas utile de courir chez le médecin au moindre rhume (sauf pour les bébés de moins de 3 mois) car cette suractivité du corps leur permet également de bien réagir aux solutions non médicamenteuses. D’où l’intérêt de les tester en première intention. Par contre, si la fièvre persiste plus de 48h, si l’état général de l’enfant s’aggrave… n’hésitez plus, allez voir votre médecin!

Stopper l’infection, c’est généralement agir sur les symptômes

En naturopathie, on a recours aux plantes en premier lieu, et en particulier l’aromathérapie (huiles essentielles) pour son action rapide. Attention, l’automédication est extrêmement dangereuse, surtout chez les enfants. Mieux vaut faire appel à un professionnel formé. Les principes de base sont :

  • Avant 6 mois, pas d’huiles essentielles. Seulement quelques hydrolats. 
  • Jusqu’à 3 ans, très peu d’huiles essentielles (très ponctuellement et de préférence par voie cutanée, par olfaction ou par voie rectale pour éviter le 1er passage hépatique). Les hydrolats peuvent suffire.
  • Jusqu’à 7 ans, seules quelques huiles essentielles seront utilisées.

Les huiles essentielles adaptées aux enfants

Les familles biochimiques utilisées en aromathérapie chez l’enfant sont : les monoterpénols pour stopper l’infection et les oxydes pour leur action mucolytique et expectorante. 

On peut citer quelques huiles essentielles d’intérêt et adaptées à l’enfant :

Melaleuca alternifolia (Tea Tree) : pour booster les globules blancs et lutter contre les agents infectieux responsables de l’otite.

Chamaemelum nobile (Camomille Romaine) : huiles essentielles très riche en esters monoterpéniques possédant un effet fortement anti-inflammatoire. 

Lavandula angustifolia (Lavande Fine) : fortement antalgique, elle possède du linalol et de l’acétate de linalyle qui sont d’une grande aide pour soulager les douleurs pulsatiles des otites aigües. Par ailleurs, elle est calmante nerveuse et sédative. 

Thymus vulgaris ct linalol (Thym à Linalol) : le linalol qu’elle contient lui confère une action anti-infectieuse importante et un large spectre d’action d’un point de vue antibactérien. 

Cinnamomum camphora ct 1,8 cinéole (Ravintsara) : Cette huiles essentielles est adaptée aussi bien aux plus petits qu’aux plus grands. C’est LA référence en cas d’infections virales.

Il faudra toujours être très vigilants au dosage. Si l’utilisation des huiles essentielles vous intéresse chez l’enfant, je vous recommande vivement de vous procurer l’ouvrage de Danièle Festy, Soigner ses enfants avec les huiles essentielles. s.l. : Leduc S., 2009. Il vous donnera les mélanges et dosages adaptés à vos enfants.

2. Reposer son corps et son système digestif 

Quand un enfant est enrhumé, il lui faut du repos physique et mental (ni sport ni écran). Quand nous sommes malades, nous adultes, nous n’avons généralement pas l’appétit. C’est la même chose pour les enfants. Il est raisonnable donc sur quelques jours de 

  • Ne pas forcer l’enfant à manger s’il n’a pas faim. Son organisme est occupé à lutter, digérer lui demandera un effort supplémentaire à fournir. 
  • Eviter certains aliments : les aliments muco-producteurs (voir article 2) quand il y a encombrement nasal et bronchique et les aliments acidifiants (voir article 2) quand il y a inflammation (type otite, pharyngite, laryngite). (1)

3. Soutenir son système immunitaire (encore et toujours!)

La phytothérapie : soutien de l’immunité

La phytothérapie est un excellent complément à l’aromathérapie. Chez l’enfant, la gemmothérapie est tout indiquée pour soutenir le terrain de l’enfant. On utilisera des plantes expectorantes, fluidifiantes des sécrétions, émollientes, mucolytiques et béchiques. Les plus connues, et très utilisées en gemmothérapie chez les enfants sont :

Ribes nigrum MG (Cassis) : incontournable pour les pathologies hivernales

Rosa canina MG (Eglantier) : qui a une action sur les lignées lymphocytaires et les macrophages

Abies pectinata MG (Sapin Pectiné) : stimulant immunitaire, antiviral et anti-inflammatoire

Fagus sylvatica MG (Hêtre) : stimulant immunitaire et anti-scléreux respiratoire

Carpinus betulus MG (Charme commun) : anti-infectieux, anti-inflammatoire, mucolytique et spécifique de la muqueuse sinusale. 

Les vitamines et minéraux

Les minéraux et oligo-éléments sont tous indiqués pour soutenir l’immunité de l’enfant, et je vous renvoie à l’article 3 qui les reprend en détail.   

Les produits de la ruche

Il existe d’autres solutions naturelles comme les produits de la ruche, que je vous détaille ici: 

  • le miel : Il est possible de le donner aux enfants à partir de 1 an. Avant cet âge, son système immunitaire n’est pas complètement formé et il peut risquer de contracter la maladie du botulisme infantile. Préférer les miels issus de l’agriculture biologique. 
  • la propolis :  Riche en vitamines A et B, en minéraux, oligo-éléments, elle est généralement qualifiée d’antibiotique naturel. Elle est déconseillée aux enfants de moins de 3 ans ou à terrain allergique. Elle agit sur toute la sphère ORL. Elle s’utilise en spray pour laver les sinus avec un mélange d’eau salée. 
  • la gelée royale : c’est la nourriture exclusive de la reine des abeilles ! Notamment riche en vitamines du groupe B, en oligo-éléments, en nutriments et en acides gras insaturés, elle est donc toute indiquée pour soutenir l’immunité. Elle est déconseillée aux enfants de moins de 3 ans ou à terrain allergique.

Et si vous ne constatez pas d’amélioration, prenez RDV chez votre médecin traitant !

Si la fièvre persiste au bout de 48H, si l’infection s’aggrave … c’est que votre enfant n’arrive plus à lutter. Seul le médecin pourra ausculter consciencieusement votre enfant, s’assurer qu’il n’y a pas de complications (tympan percé, infection bactérienne, etc …) et vous conseiller un traitement médical éventuel. 

Ne pas culpabiliser à passer aux médicaments car l’approche naturelle n’a pas suffit. En effet, s’ils existent, c’est qu’ils sont nécessaires quand l’infection, l’inflammation prennent le dessus. Il est cependant tout à fait possible de conserver les traitements naturels en complément, qui vont venir potentialiser ces derniers et enrayer les récidives ! 

En résumé : À l’arrivée d’une infection, si la prévention a été vaine, la naturopathie peut alors être utilisée dans les premières 48H pour enrayer le développement de l’infection. A condition d’agir vite, et respecter le repos de l’enfant, elle arrive en soutien du système immunitaire.  

En cas d’infection, la naturopathie est donc complémentaire voire préalable à l’approche allopathique.

Je suis Emilie, rédactrice web spécialisée en santé. Création de contenus – vulgarisation scientifique – optimisation SEO

(1) Ferran, Hélène. Rhumes, otites, rhino-pharyngites… chez l’enfant – Mieux comprendre les troubles ORL pour mieux les prévenir. s.l. : Grancher, Octobre 2018.

Découvrez Émilie Ondet, naturopathe et réfléxologue plantaire
Toulouse, Labège et Quint-Fonsegrives
Particuliers et entreprises

Retour en haut